Le cannibalisme enseigné à nos enfants (Maman j’ai mangé mes meilleurs copains)

février 24, 2009

page_12

TOI qui fais parti de ceux qui dans leur tendre enfance ont passé leurs Weekends et leurs vacances devant des dessins animés de Walt Disney…

TOI qui connaissais par cœur les habitudes de tes héros, qui dormais même avec leurs effigies en peluche….

TOI qui a senti de chaudes larmes perler le long de ta joue à la vue de Bambi prise au piège d’un terrible incendie….

TOI qui était cramponné à ton siège en regardant ton ami Nemo échapper au vilains prédateurs…

Et bien je suis au regret de t’informer que TU es un dangereux psychopathe mon ami

Tous tes gentils copains avec leurs yeux brillants, malicieux, leurs mimiques craquantes et à qui l’on prêtait des souvenirs, des rêves, des espoirs et bien tu les a engloutis sans la moindre pitié. Ces poulets, ces porcs et ces vaches, pourtant humanisés, sont tous passés les uns après les autres dans ton assiette puis dans ton tube digestif.

Notre société, soi disant civilisée, nous apprend à dévorer ceux que nous avons aimé sans que personne ne s’en offusque. Ces liens sentimentaux que nous avons crée avec ces bestioles qui dans nos fictions favorites se questionnent, se projettent, ressentent, souffrent comme nous et pour lesquels nous avons eu de la compassion font de nous des cannibales en puissance.

NOUS AVONS MANGÉ NOS AMIS D’ENFANCE

page_11

Publicités

8 Réponses to “Le cannibalisme enseigné à nos enfants (Maman j’ai mangé mes meilleurs copains)”

  1. Pas con tiens…
    Spour ça que Volt est un chien ! Parce qu’en occident on mange pas de chien, d’où responsabilisation d’Hollywood !

  2. souklaye said

    Ceci explique bien, le début de boulimie chez l’enfant et chez l’adulte la grève de la Fin.

  3. Truk said

    Steevy avait tout compris en enculant sa peluche de Bourriquet.

  4. revolutie said

    cette comparaison est très ingénieuse…

  5. meslah said

    Alors tout est bien qui finit bien. Au fond d’un chiotte. Avec en prime la chasse que l’on tire tel un trait sur une enfance nauséeuse remplie de petites bestioles qui nous ont tant fait miroiter.

  6. Sabrina Dahbia said

    Et ça donne quoi pour ceux et celles qui ont été bercé par le club dorothée et tous les nippons ? Des gros pervers, anorexique sentimental à l’égo surdimensionné à cause du trauma causé par une blonde et sa bande de main à tendance moralisatrice proche de l’inceste sociale ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :