Saloperie d’arbres

mars 27, 2009

Avant la fôret était calme… A part le bruit des tams-tams

Les indigènes sont partis en ville pour chercher du travail

Avant nous étions des millions, des milliers, invincibles

Aujourd’hui je suis seul… Dernier obstacle à la nouvelle voie rapide

Des pauvres cons avec des cheveux longs s’enchainent à moi

Ils chantent des chansons qui ont étés écrites… Sur moi

Ils chantent, ils protestent, lève un poing, puis les deux

S’énervent un peu puis… Un coup de feu

Tous le monde détale, les bulldozers arrivent en rafale

On dirait bien que les indigènes ont trouvés du travail

Ils m’entaillent, les tronçonneuse me font mal

Juste un arbre qui s’affale, on m’étale sur un Pal

D’un camion à un bateau, d’un bateau à un camion

D’une usine à une papeterie, me voilà en rayon

Le voilà qui m’achète… Sur mes restes il écrit

J’espère au moins que ça ne parle pas d’écologie

arbre

Publicités